Témoignages

Vous trouverez ici des témoignages de jeunes, de parents, au sujet de notre action.

Voici quelques témoignages:

etudiant en détresse.jpg
Trace ton cercle photo rhéto FR.jpg

"Juste envie de dire à quel point je suis émue par les partages de chacun d'entre vous! A cause du confinement et de la distanciation sociale, je me suis sentie isolée dans ma souffrance de maman pendant si longtemps! A un tel point que je ne comprenais plus la direction que prenait notre société...Quelle angoisse de voir mon fils grandir dans une société morcelée et divisée. ça me fait chaud au cœur de voir votre enthousiasme, votre envie de VIVRE. Pour mon fils, et pour chacun de nos enfants, je rêve d'un monde de relations. Construisons des ponts et non des murs. Merci à trace ton cercle et merci à chacun de vous! "

Albertine

"Comme l’écrit si bien Marine, nous en avons tous plus que marre de vivre ainsi..
Ce n’est absolument plus tenable mais voir que des gens, comme les personnes présentes dans ce groupe, se mobilisent pour nous, les étudiants, nous réchauffe le coeur donc un grand merci à vous tous 🥰❤️

Et en espérant pouvoir retrouver nos auditoires bientôt 🤞🏼"

Lana

Bonjour, je m’appelle Alycia et je suis une étudiante de 19 ans. J’aimerais vous faire parvenir mon témoignage afin de sensibiliser un maximum de personnes aux conditions des étudiants durant cette période de mesures sanitaires :

Je vais vous expliquer pourquoi j’ai décidé de rejoindre le mouvement "Trace ton cercle". Comme j'ai appris à me battre pour ma liberté, j’aimerais faire entendre ma voix ainsi que celles de tous les autres qui sont dans mon cas, je voudrais faire entendre notre détresse et tenter de faire changer les choses parce que cela fait trop longtemps que nous sommes coincés comme des lions en cage.

Aller à l'université me manque, m'asseoir à côté d'un inconnu et faire des connaissances me manque, aller à mon cours de danse ou de pompomgirls me manque, aller voir mes amis et ma famille me manque, serrer les gens que j'aime dans mes bras me manque, aller danser au marché aux herbes me manque, le bal où je n'ai jamais pu aller me manque, toutes ces choses que j'aurais dû vivre ces derniers mois me manquent... Vivre me manque! La jeunesse est une période tellement courte sur toute une vie et nous sommes entrain de nous la voler.

On a parfois du mal à se l'avouer, mais nous avons besoin des autres. J'ai besoin de tous les gens que j'ai pu rencontrer, pour apprendre, construire mon identité, aimer et être aimée. Imaginons 2 minutes que le confinement ait commencé au début de l’année passée… je ne connaîtrais même pas la moitié des gens avec qui je parle tous les jours et je n'imagine pas ma vie sans toutes ces personnes. Si la vie avait été normale ces derniers mois, peut-être que ma vie aurait été totalement différente, peut-être que j'aurais eu encore plus de gens à qui tenir. C'est principalement durant notre jeunesse qu'on se fait les amis que l'on gardera toute notre vie...Que sera ma vie d'adulte si je passe ma jeunesse seule?

Tous ces sacrifices sont soit-disant pris pour protéger notre état de santé… Mais quelle santé au juste ? Suite aux nombreuses heures passées devant les écrans, moi qui n’ai jamais eu de problèmes de vue, je suis maintenant obligée de porter des lunettes afin d’éviter les malaises, les maux de tête et les nausées. Et là, je ne vous ai pas encore parlé du nombre importants de jeunes qui sont tombés en dépression, des proches qui ont pensé mainte fois à abandonner leurs études (voir leur vie pour certains), qui ont perdu leurs grands-parents sans avoir pu leur dire au revoir ni les avoir vus depuis des mois, qui ne trouvent plus de sens à rien ou qui ne voient plus le bout du tunnel. Ces mesures sanitaires vont finir par créer une population d’aveugles dépressifs solitaires vivant dans la peur de l’autre.

Et au moment où tout espoir semble perdu, le mouvement « Trace ton cercle » est né. Grâce à toutes ces personnes se mobilisant pour nous et envahissant les réseaux sociaux ainsi que les places publiques d’ondes positives qui nous sont dédiées, j’ai eu l’impression pour la première fois depuis longtemps de faire partie d’un groupe, d’être entendue, écoutée, comprise et soutenue. Je les remercie du fond du coeur pour ce qu’ils font pour nous.

J’en ai plus qu’assez de survivre, laissez-moi vivre !